Présentation

Tous les articles (1)
  • Historique du lycée

    Par Admin MAR, publié le vendredi 28 août 2015 23:26 - Mis à jour le vendredi 28 août 2015 23:32

    HISTORIQUE DU LYCEE

    (Date de publication : 1987-1988)

     

    Le centre d'apprentissage, rue Jean Jaurès à VILLEURBANNE fut créé le 1er octobre 1948 à la

    suite de pourparlers entre le «Fonds de formation professionnelle de l’Automobile» et l'Inspection

    Principale de l’Enseignement Technique dans des locaux appartenant à la ville de Lyon.

    Le FFPA donnait la jouissance des locaux à l'Education Nationale et procédait à l'achat des

    machines, de matériel scolaire et d'outillage permettant le démarrage du centre.

    L'effectif à l'origine de 116 élèves est de 177 élèves en 1957 et limité uniquement par la capacité

    des locaux. Les divisions sont de 30 par classe environ ;il y a une quarantaine d'heures de cours par

    semaine.

    Les élèves font trois ans d'études au centre. La 1ère année est commune aux Mécaniciens et

    électriciens auto, la spécialisation n’intervenant qu’à partir de la 2ème année.

    La 3ème année a un agencement original : les élèves sont placés dans les garages de la région pour

    les travaux pratiques et reviennent au centre une journée et demie par semaine pour suivre les cours

    d'enseignement général et professionnel (soit 13 heures). Quelques années plus tard une seconde

    section de 3ème année est créée: elle a aussi une journée et demie de cours théoriques groupés et le

    reste du temps fait de la réparation automobile dans les ateliers du centre.

    Les familles choisissent librement l’une ou l'autre.

    Après leur C.A.P. tous les élèves sont ensuite placés facilement, le Centre ne suffisant pas à la demande.

    Bien qu' aucune publicité ne soit faite au niveau du recrutement, il devient très vite évident que

    l'Etablissement est trop petit pour satisfaire les nombreuses candidatures. D'ores et déjà les locaux

    sont si exigus que certains travaux de réparation se font dans la cour.

    L'absence de réfectoire entraîne aussi des complications.

    En 1953 : 150 candidats

    } pour 68 places disponibles en 1ère année

    En 1959 : 457 candidats

    De plus, un besoin criant de nouvelles sections se fait sentir : diesel, métiers de la réparation de

    carrosserie, conducteurs routiers entre autres.

    Afin de ne pas léser les jeunes habitant trop loin, souvent fils d'artisans-mécaniciens, et n'ayant pas

    à Lyon de proches parents pour les accueillir, un internat s'avère nécessaire.

    Il semblait donc urgent de trouver une solution permettant de concilier tous ces impératifs ; la

    construction d’un centre de l'Automobile suffisamment vaste pour permettre la formation d'ouvriers

    qualifiés dans les différentes spécialités demandées ce qui nécessitait une capacité d’accueil de 500

    élèves environ dont une centaine d’internes.

    Il a fallu toute la ténacité de M. BOURGEOIS, directeur du Centre et de M. BEJUIT président de la

    C.S.N.C.R.A. pour mener à bien ce projet.

    Les pourparlers, en vue de l'édification de ce Collège ont débuté en 1955 et à cette occasion le

    Président Emile BEJUIT a eu fort à faire avec les diverses administrations concernées et les

    émotions dues à des "chaud-froid" ne lui ont pas été épargnées.

    En vue de la solution des nombreux problèmes que posait cette réalisation grandiose et ambitieuse

    pour l'époque beaucoup de personnalités ont grandement aidé : CONSEIL GENERAL, Ville de

    LYON, TRANSPORTEURS ROUTIERS, CHAMBRE SYNDICALE DE L’AUTO.

    Après de multiples démarches un terrain de 63 208 m2 sis Boulevard Laurent Bonnevay à BRON

    est acquis en vue de la construction du Collège d’Enseignement Technique de l'Automobile.

    Outre sa superficie, il présente l'avantage d'être bien desservi par les différents réseaux de la ville.

    La première pierre est posée le 1er juillet 1966.

    C'est Monsieur le Recteur LOUIS qui, avec le Président Emile BEJUIT a officié, truelle en main,

    pour poser symboliquement cette première pierre.

    A l'issue de la cérémonie, au cours du "Vin d'Honneur" le Président Georges DUMONT, Vice

    Président de la CSNCRA secteur RHONE a prononcé une allocution pour remercier et honorer le

    Président et Madame Emile BEJUIT (Président du secteur Rhône depuis 21 ans et instigateur

    incontesté de cette réalisation).

    En 1956, M. BOURGEOIS émettait les vœux suivant pour le nouvel établissement :

    • Bâtiment à étages pour les salles de cours, l'internat et l'administration. Ce bâtiment devrait

    être indépendant des ateliers pour s'isoler du bruit. Vœu respecté ! Certes les préfabriqués sont

    mal insonorisés mais signalons en 1985 la sortie de terre de nouveaux bâtiments clairs et

    fonctionnels (salles de sciences, bureaux, internat, salle de conférence et C.D.I.).

    • Un bâtiment pour les ateliers : vœu respecté !

    Ces ateliers récemment réaménagés sont vastes, compartimentés en différents secteurs

    correspondant aux diverses sections.

    • Une piste permettant essai et contrôle des véhicules ainsi que l'apprentissage de la conduite :

    vœu respecté !

    • Des installations sportives permettant les cours d'éducation physique : vœu respecté !

    En fait, non seulement ces objectifs ont été atteints mais même largement dépassés. Avec ses

    700 élèves, le Lycée Professionnel Emile Béjuit, fidèle à ses formations de départ a su relever

    de nombreux autres défis :

    - diversification : 19 classes de CAP - carrossiers, peintres, électriciens, mécaniciens auto ou

    Poids Lourds

    4 classes de BEP mécaniciens

    4 classes de conducteurs routiers

    - spécialisation : avec les mentions complémentaires diesel, électronique, mise au point

    moteur.

    - promotion: ouverture en 1986 d’une 1ère d'adaptation devant conduire en 1988 à un BREVET

    DE TECHNICIEN.

    ouverture d'une classe BEP Carrossier option 2 : réparation

    Formation Continue.

    - coopération plus étroite et plus performante avec les représentants de la profession :

    conventions de jumelage, séquences éducatives.

    - compétitivité et modernisme : matériel de pointe, organes de plus en plus sophistiqués

    (allumage électronique, ordinateur de bord, etc...)

    : introduction à l’informatique dans la pédagogie.

    - formation intellectuelle, professionnelle mais aussi humaine des élèves (de nombreux PAE

    culturels ou sportifs leur sont proposés).

     

Trier par
Catégories
Aucune catégorie définie
Auteurs