Partenariat avec l'armée de terre

Tous les articles (1)
  • Des PFMP au 7° régiment RMAT ...

    Par Admin MAR, publié le mercredi 19 août 2015 20:06 - Mis à jour le mercredi 19 août 2015 23:10

    leprogres.fr   >  Rhône   >  Lyon > Publié le 05/07/2015 à 05:00 

    Des stages d’entreprise au régiment : la recette gagnante du 7e RMAT

    Professionnalisation. Une 3e année scolaire de partenariat s’achève entre le 7e Régiment du Matériel et les lycées Béjuit et Branly. Bilan d’une initiative peu connue.      

    Stagiaires et cadres autour du « Félin », fantassin connecté. Ludovic répare le pont arrière d’un blindé

    Photo Pascal Charret

    Parmi les 400 métiers proposés par l’Armée de Terre, le 7e Régiment du Matériel, implanté à Gerland, en exerce de nombreux, tant dans le domaine de la mécanique que dans celui de l’électronique. Une mine d’opportunités qui n’a pas échappé aux équipes pédagogiques de deux établissements lyonnais : le lycée électronique Edouard-Branly et le lycée automobile Emile-Béjuit.

    C’est en 2012 que s’est créé ce double partenariat, à l’initiative de l’armée, qui permet ainsi à quelques dizaines d’élèves de seconde, première et terminale d’effectuer au sein des ateliers du régiment les stages en entreprise prévus par leur cursus. Dès le début, les partenaires ont tenu à établir entre eux une relation étroite. C’est ainsi par exemple que le capitaine Foujols, qui a mis en place le partenariat, participe avec les équipes pédagogiques à la sélection des candidats. Une sélection rigoureuse : les volontaires sont nombreux et les places rares.

    Les stages s’échelonnent sur les trois années du second cycle : six semaines en seconde, et deux périodes de quatre semaines en première comme en terminale. Si, en seconde, les élèves sont reçus sous un statut civil, en première et terminale, et bien que sans lien contractuel avec l’armée, ils sont traités en militaires et astreints au port de l’uniforme.

    Métiers de terrain, métiers high-tech

    La mission de l’Arme du Matériel est terrible dans sa simplicité : mettre à la disposition des unités de combat des matériels en parfait état, fiables et robustes. Comme se plaisent à le rappeler leurs cadres : « Ce n’est pas nous qui gagnons la guerre, mais sans nous, elle est perdue ». Des principes très vite assimilés par les stagiaires, qui comprennent l’importance de l’organisation, du travail bien fait et de la confiance réciproque. Dans les ateliers de mécanique pour les uns et en électronique pour les autres, ils sont intégrés dans les missions menées à bien par les professionnels. Plusieurs d’entre eux sont par exemple affectés à la maintenance des matériels Rita (Réseau intégré de transmission automatique), système informatique de très haute technologie. Pour d’autres, il s’agit de réparer des véhicules et des blindés souvent destinés à repartir pour des opérations extérieures.

    Sous la direction générale d’un tuteur d’entreprise, chaque élève est accompagné par un parrain tout au long de sa formation. Formation bien souvent suivie par un engagement. C’est le moment : rappelons que l’Armée de Terre recrute 15 000 jeunes en 2015.

     

Trier par
Catégories
Aucune catégorie définie
Auteurs